[Tuto] Avec Ventoy, créez facilement une clé USB gérant la persistance.

l’Almanet doLys Gnu/Linux – Open Source – Entreprises Forums L’almanet doLys Open Source [Tuto] Avec Ventoy, créez facilement une clé USB gérant la persistance.

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Articles
  • #11816
    jlfh0816jlfh0816
    Modérateur

    [Tuto] Avec Ventoy, créez facilement une clé USB multiboot gérant la persistance

    presentation
    Le menu principal permet de choisir la distribution à lancer (ici, Manjaro). Ce choix fait apparaître un sous-menu qui permet d’opter pour un lancement avec ou sans persistance (ici, avec persistance).

     

    Préambule

    Cet article paraîtra probablement trop détaillé à certains moments mais c’est une démarche volontaire et assumée afin de ne pas perdre les débutants en cours de route.

    Ventoy est apparu au début de cette année 2020. Il s’agit d’un logiciel qui permet de créer très facilement une clé USB :
    – pour tester en live et/ou installer des distributions Linux (à partir de leurs images ISO) ;
    – pour tirer profit de logiciels utilitaires (par exemple de clonage ou de dépannage informatique) ;
    – pour servir de support d’installation de Windows.

    Ventoy existe sous deux versions : une pour Windows et une pour Linux. Rien pour Mac. Pour cet article, je ne m’intéresserai qu’à la version Linux.
     

    Introduction

    La presse technique ayant déjà beaucoup parlé de Ventoy, je ne vais pas plagier les topos que d’autres ont déjà fort bien faits.
    Mon propos se limitera à vous faire part de ma récente et modeste expérience personnelle quant à la mise en œuvre et l’utilisation pratique de ce formidable nouvel outil logiciel.
    Néanmoins, pour tous ceux qui souhaitent de plus amples informations, des détails et des renseignements techniques particuliers, je vous invite vivement à aller consulter les références rassemblées au chapitre 8, elles sont très instructives et on y apprend énormément de choses !

     

    1 – Pré-requis

    • mon installation :

    Xubuntu – Voyager 18.04.4 LTS (en 64 bits)
    Mon gestionnaire de fichiers est Nemo.
    Mon éditeur de fichiers est gedit.
    Ma machine virtuelle est VirtualBox version 6.1

    • logiciels requis :

    Il faut :
    – le logiciel Ventoy (à télécharger sur GitHub) ;
    – le paquet exfat-fuse. Il est peut-être déjà présent sur votre disque dur. Sinon :

    sudo apt-get install exfat-fuse

    • matériel requis :

    Il faut une clé USB dont la capacité est adaptée à l’usage que vous souhaitez en faire (pour ma part 16 Go pour la clé monodistribution et 64 Go pour la clé multidistributions) ;
     

    2 – obtenir le logiciel Ventoy

    Pour récupérer la version la plus récente de Ventoy, il faut se rendre sur le site github, à cette adresse.

    Il faut bien sûr choisir la version la plus récente pour Linux. Au moment de la rédaction de cet article, il s’agissait de la version 1.0.15 et l’archive à télécharger s’appelait : ventoy-1.0.15-linux.tar.gz

    Une fois l’archive téléchargée, on fait un clic droit dessus > extraire ici
    et on obtient le dossier ventoy-1.0.15 lequel contient :
    – un dossier boot
    – un dossier tool
    – un dossier ventoy
    – un fichier CreatePersistentImg.sh
    – un fichier Ventoy2Disk.sh
     
    On peut dès lors supprimer l’archive téléchargée. Par contre, et ceci pour toute la durée de cet article, le dossier qui en a été extrait (dossier ventoy-1.0.15) restera dans le répertoire Téléchargements, on n’y touche pas.
     

    3 – création d’une clé mono- ou multiboot, sans persistance

    On branche dans l’ordinateur la clé USB destinée à devenir la future clé de lancement multiboot. Comme elle va être formatée par Ventoy, il faut absolument être certain de la lettre qui la désigne : sdb, sdc, etc … ?
    Cette précaution est indispensable afin de ne pas formater par erreur le disque dur principal de l’ordinateur.
    Pour assurer la chose, on saisit la ligne de commande ci-dessous dans le terminal (source) :

    ls -lR /dev/disk/by-id | grep usb

    Dans mon cas personnel, j’obtiens la réponse suivante :

    jlfh0816 @ Voyager1804  ~
    └─ $ ▶ ls -lR /dev/disk/by-id | grep usb
    lrwxrwxrwx 1 root root  9 juil. 17 13:24 usb-SanDisk_Cruzer_Blade_4C530000110330213044-0:0 -> ../../sdb
    lrwxrwxrwx 1 root root 10 juil. 17 13:24 usb-SanDisk_Cruzer_Blade_4C530000110330213044-0:0-part1 -> ../../sdb1

    Ce qui m’indique que la clé USB est identifiée comme sdb.

    L’étape suivante consiste à démonter la clé USB. On peut le faire en ligne de commande ou par l’interface graphique. Le plus facile pour les débutants, c’est cette dernière méthode. Pour cela :
    on ouvre le menu Whisker > tous les paramètres > Disques > disque 15 Go clef > démonter la partition sélectionnée

    Maintenant que la clé est démontée, on reprend le terminal et on saisit la ligne de commande suivante :

    cd $HOME/Téléchargements/ventoy-1.0.15

    puis celle ci-dessous (et c’est là qu’il faut être certain du nom de la clé ! Pour moi, c’est sdb mais sinon vous adaptez en fonction du résultat de la recherche faite une dizaine de lignes plus haut).

    sudo ./Ventoy2Disk.sh -I -s /dev/sdb

    Le script va demander deux fois de suite de confirmer que c’est bien sur sdb qu’il doit créer les partitions nécessaires.
    Cela prend quelques secondes puis un message de réussite s’affiche :

    Install Ventoy to /dev/sdb successfully finished.
     
    L’explication de cette étape est que le script Ventoy2Disk.sh a créé 2 partitions sur la clé USB. L’une est visible par l’utilisateur et l’autre non.
    La partition visible est la n°1. Elle est appelée ventoy. Elle est formatée en exFAT. C’est la plus volumineuse car elle doit accueillir les ISO (dans mon exemple personnel, elle fait 15 Go).
    L’autre partition, la n°2, est invisible. Elle est dénommée VTOYEFI. Elle est formatée en FAT. C’est la plus petite (34 Mo seulement).
     
    Lorsque le script annonce sa réussite, il fait ré-apparaître à l’écran la partition 1 de la clé (montage automatique). Il n’y a bien sûr rien dedans pour l’instant puisqu’on n’y a pas encore copié-collé la moindre ISO.
    Ce qui donne cette fenêtre :

    image_ventoy1
    La fenêtre ouverte est vide. C’est la partition 1.

    On ferme alors cette fenêtre et on la ré-ouvre dans la foulée. C’est maintenant le temps d’y copier-coller (ou glisser-déposer, c’est plus moderne ! ) des images ISO. Dans mon exemple, j’ai copié 5 distributions ce qui donne cette fenêtre :

    image_ventoy2
    La partition 1 contient maintenant 5 images ISO de distributions Linux.

    Lorsque le copier-coller des ISO est fini, il reste à « éjecter sans risque » la clé USB puis éteindre l’ordinateur.
    On laisse passer une dizaine de secondes.
    Ensuite, on rebranche la clé sur la machine et on redémarre le PC. Durant cette phase de démarrage, il faut tapoter en permanence sur la touche F8 du clavier afin d’accéder au Boot Menu, c’est-à-dire la partie du BIOS qui permet de choisir sur quel média on souhaite booter.
    Chez moi, je choisis de booter sur « Sandisk » et non sur « UEFI : Sandisk» car ma carte-mère fonctionne avec un BIOS (mode legacy).

    image_ventoy3
    Dans mon cas particulier (BIOS legacy), je choisis de booter sur la clé « Sandisk » en surbrillance.

    A adapter bien entendu à votre cas personnel (selon que votre carte-mère démarre habituellement avec un BIOS ou un UEFI).

    Au final, l’écran d’accueil Ventoy ci-dessous s’affiche et il suffit de choisir quelle distribution lancer (à l’aide des touches flèches du haut et du bas). On valide le choix en appuyant sur la touche “entrée”.
    Voici que ça donne en image avec mes 5 distributions Linux :

    image_ventoy4
    L’écran d’accueil de Ventoy propose de choisir parmi les 5 distributions enregistrées : utilisez les touches flèches « haut » et « bas » pour naviguer dans la liste et mettre en surbrillance celle à lancer.

     

    4 – création d’une clé monoboot, avec persistance

    La persistance ne m’apparaissant pas au départ comme une chose évidente à établir, j’ai procédé par étapes : d’abord une clé mono-distribution avec persistance (ça fonctionne à tous les coups… !) et ensuite seulement une clé pluri-distributions avec persistance.

    Pour la création d’une clé mono-distribution avec persistance, il faut d’abord préparer une clé Ventoy comme ci-dessus (chapitre 3) mais avec une seule distribution.
    Pour l’exemple, j’ai installé la distribution Linux Mint 20.04 version Cinnamon.

    Le PC étant en marche, on branche la clé USB mono-distribution et on attend qu’elle se monte automatiquement. Une fenêtre s’ouvre alors et laisse voir le contenu de la racine de la clé avec dedans l’ISO Linux Mint. On ferme cette fenêtre puis on ouvre un terminal et on saisit la commande suivante :

    cd $HOME/Téléchargements/ventoy-1.0.15

    On saisit ensuite cette seconde commande :

    sudo ./CreatePersistentImg.sh

    Le script crée alors un fichier persistence.img :
    – dont la taille est automatiquement fixée à 1 Go
    – dont l’emplacement est automatiquement situé dans le dossier $HOME/Téléchargements/ventoy-1.0.15/

    Ceci dit, si l’on souhaite que la capacité du volume de persistance soit plus grande, par exemple 4 Go, il faut modifier la ligne de commande en y ajoutant l’option -s et en précisant 4096
    (4096 parce que 1 Go = 1024 Mo et donc 4 Go = 4096 Mo)
    Ce qui donne la ligne de commande :

    sudo ./CreatePersistentImg.sh -s 4096

    Lorsque les caractéristiques du fichier persistence.img créé vous conviennent (un multiple de 1024), il faut appeler la clé USB à l’écran (« l’ouvrir »). La fenêtre sur laquelle elle s’ouvre est forcément celle où est déjà stockée l’ISO de LinuxMint. On y copie le fichier persistence.img obtenu plus haut.
    Pour cela, dans le terminal qui est normalement encore ouvert, on saisit la commande suivante :

    sudo cp $HOME/Téléchargements/ventoy-1.0.15/persistence.img /media/jlfh0816/ventoy/persistence.img

    Pour les débutants, vous remplacez bien entendu jlfh0816 par votre propre nom d’utilisateur.

    On obtient cette fenêtre :

    image_ventoy5
    Le fichier persistence.img côtoie maintenant l’image ISO de Mint, à la racine de la clé.

    Ensuite, toujours dans cette même fenêtre, on crée un nouveau dossier que l’on appelle obligatoirement ventoy. On l’ouvre et on y crée un nouveau fichier vide que l’on appelle obligatoirement ventoy.json

    image_ventoy6
    ventoy.json est l’unique fichier du sous-dossier ventoy de la clé.

    On ouvre ce dernier avec l’éditeur de texte de son choix (Gedit, mousepad, etc …) et on y copie-colle les lignes de code suivantes :

    
    {
      "persistence" : [
                         {
                           "image": "/linuxmint-20-cinnamon-64bit.iso",
                           "backend": "/persistence.img"
                         }
                     ]
    }
    

    On enregistre et on ferme le fichier.

    C’est fini, il reste seulement à :
    – « éjecter sans risque » la clé USB
    – retirer la clé du PC
    – éteindre le PC
    – remettre la clé sur le PC
    – re-démarrer le PC
    – tapoter sur F8 pour faire apparaître le menu principal de Ventoy
    – l’unique distribution présente est surlignée en bleu

    image_ventoy7
    L’écran d’accueil de Ventoy ne propose qu’une seule distribution : Linux Mint Cinnamon.

    – on appuie sur la touche « entrée »
    – 1 à 4 secondes plus tard, un sous-menu apparaît demandant si l’on souhaite booter sur Linux Mint sans persistance ou sur Linux Mint avec persistance

    image_ventoy8
    La navigation dans le sous-menu de Ventoy permet d’opter pour un lancement de Linux Mint avec ou sans persistance.

    – il n’y a plus qu’à choisir, valider le choix en appuyant sur la touche “entrée” et c’est parti !
     

    5 – création d’une clé multiboot, avec persistance

    Là, j’ai trouvé ça moins évident mais j’ai néanmoins réussi avec 3 distributions Linux différentes (Manjaro, Voyager et Zorin), chacune ayant son propre volume de persistance.
    Voici comment j’ai procédé.

    1°) on prépare une clé Ventoy comme précédemment (chapitre 3), en veillant à ce qu’elle ait une taille suffisamment grande pour accueillir 3 distributions et 3 volumes persistants.

    2°) à la racine de la clé USB (donc au même emplacement que là où on a placé les 3 ISO), on crée un nouveau dossier ventoy

    3°) on va maintenant créer 3 fichiers de persistance, un par distribution. On choisit de les faire de tailles identiques, disons 4 Go chacun.

    4°) on ouvre un terminal et on se place dans le dossier contenant le script CreatePersistenceImg.sh : pour cela on saisit la ligne de commande :

    cd $HOME/Téléchargements.ventoy-1.0.15

    Ensuite, on saisit la commande suivante :

    sudo ./CreatePersistentImg.sh -s 4096

    On obtient le fichier persistence.img (NB : plus sa taille est grande et plus son temps de création augmente ! ).

    5°) on renomme ce fichier en fonction de la distribution à laquelle il est destiné (ici, ce sera persistence_Manjaro.img) puis on le copie à la racine de la clé USB où il va se retrouver à côté des ISO. Pour faire cela, on ouvre un terminal et on saisit cette ligne de commande :

    sudo cp $HOME/Téléchargements/ventoy-1.0.15/persistence.img /media/jlfh0816/ventoy/persistence_Manjaro.img

    Pour les débutants, vous remplacez bien entendu jlfh0816 par votre propre nom d’utilisateur.

    C’est terminé pour la persistance de Manjaro. Reste à faire la même chose pour les deux autres distributions, Voyager et Zorin, c’est à dire :

    sudo cp $HOME/Téléchargements/ventoy-1.0.15/persistence.img /media/jlfh0816/ventoy/persistence_Zorin.img

    et

    sudo cp $HOME/Téléchargements/ventoy-1.0.15/persistence.img /media/jlfh0816/ventoy/persistence_Voyager.img

    Au final, la racine de la clé USB doit contenir :
    – un dossier ventoy
    – les trois ISO Manjaro, Voyager et Zorin (manjaro-kde-20.0.3-200606-linux56.iso, Voyager-20.04-LTS-amd64.iso et Zorin-OS-15.2-Core-64-bit.iso)
    – les trois volumes persistants (persistence_Voyager.img, persistence_Manjaro.img et persistence_Zorin.img)
    comme sur cette copie d’écran ci-dessous :

    image_ventoy9
    A la racine de la clé, on trouve pêle-mêle un sous-dossier ventoy (vide pour l’instant) ainsi que les images ISO des 3 distributions Linux (Manjaro, Voyager et Zorin) et leurs fichiers de persistance dédiés.

    6°) il reste maintenant à créer le fichier ventoy.json dans le dossier ventoy de la clé USB. Pour cela, on ouvre la fenêtre de la clé, là où il y a maintenant les 3 ISO, les 3 volumes persistants et précisément le dossier ventoy.

    On ouvre le dossier ventoy et on y crée un fichier vierge que l’on appelle ventoy.json

    Avec votre éditeur de texte, vous éditez ce nouveau fichier et vous y copiez-collez le code suivant :

    
    {
        "persistence" : [
            {
                "image": "/Voyager-20.04-LTS-amd64.iso",
                "backend": "/persistence_Voyager.img"
            },
            {
                "image": "/Zorin-OS-15.2-Core-64-bit.iso",
                "backend": "/persistence_Zorin.img"
            },
            {
                "image": "/manjaro-kde-20.0.3-200606-linux56.iso",
                "backend": "/persistence_Manjaro.img"
            }
        ]
    }
    

    Et voilà, c’est terminé !

    Il reste bien sûr à :
    – fermer la fenêtre de la clé USB
    – « retirer sans risque » la clef USB
    – enlever la clé du PC
    – arrêter le PC
    – redémarrer le PC avec la clé USB à nouveau branchée dessus
    – tapoter sur la touche F8 pendant la séquence de lancement du PC
    – premier menu d’accueil de Ventoy : choisir la distribution à booter. Pour l’exemple, choisissons Voyager. On valide ce choix en appuyant sur la touche “entrée”.

    image_ventoy10
    L’écran d’accueil de Ventoy propose de choisir parmi les 3 distributions enregistrées : en utilisant les touches flèches « haut » et « bas », on navigue dans la liste pour mettre en surbrillance Voyager XFCE.

    – second menu Ventoy : démarrer Voyager avec le volume persistant ou sans (on valide le choix en appuyant sur la touche “entrée”).

    image_ventoy11
    La navigation dans le sous-menu de Ventoy permet d’opter pour le lancement de Voyager XFCE avec persistance.

     

    6 – avantages et limites de Ventoy

    Par rapport à la concurrence, les avantages de Ventoy sont nombreux :
    – installation rapide et utilisation intuitive ;
    – possibilité d’avoir de la persistance ;
    – contournement automatique du secure boot sur les PC récents ce qui permet de lancer la clé aussi bien sur un PC dont la carte-mère est dotée d’un BIOS (mode legacy) que sur celle dotée d’un UEFI ;
    – très nombreuses distributions supportées ;
    – interface partiellement personnalisable.

    Les quelques limitations relevées :
    – Ventoy ne gère pas les images Mac OS (ordinateurs Apple) ;
    – quelques rares distributions Linux ne sont pas encore supportées mais les distributions majeures le sont ;
    – la mise en place de la persistance pour les multiboot n’est pas toujours évidente et me semble donc perfectible.
     

    7 – BONUS : démarrer Ventoy sur une machine virtuelle VirtualBox

    Si, comme moi, vous trouvez pénible de devoir éteindre et redémarrer x fois votre PC afin de tester les différentes clés Ventoy que vous avez créées, j’ai trouvé un article très bien fait et qui vous explique pas à pas comment faire pour démarrer les clés Ventoy sur VirtualBox. Plus besoin d’éteindre/redémarrer votre vrai ordinateur, c’est génial et ça fonctionne du tonnerre !
    Bonne lecture, voici le lien.
     

    8 – Quelques références pour aller plus loin

    Comme je vous le disais en introduction, la lecture ou la consultation des sites ci-dessous est très instructive et on y apprend énormément de choses !
    – le site officiel de Ventoy ;
    – le github de Ventoy où télécharger le logiciel et son code source ;
    – le forum du site Ventoy ;
    – les versions disponibles (la plus récente à ce jour était la 1.0.15) ;
    – les ISO actuellement supportées ;
    – le forum du github de Ventoy où l’on discute des problèmes rencontrés ;
    – une discussion très intéressante sur le forum Ubuntu.fr ;
    – la documentation (wiki) ubuntu.fr disponible ;
    – un article de présentation générale de Ventoy ;
    – un autre article très bien fait traitant de la persistance dans Ventoy ;
    – la personnalisation de Ventoy. Et une vidéo ;

    Et pour tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur la version Windows de Ventoy, je leur conseille la très bonne présentation vidéo réalisée par Mikaël (Tech2Tech) sur Youtube
     
     
     
    Voilà, j’espère que ce logiciel Ventoy vous donnera pleine satisfaction. J’ai trouvé que c’est un excellent logiciel innovant qui ne demande qu’à être connu, reconnu et largement diffusé.

    Xubuntu-Voyager 18.04.4 LTS

    #11856
    Avatarbicounet18
    Participant

    Bonjour,
    J’ai testé Ventoy, et je le trouve plus pratique que Easy2Boot.
    J’ai même essayé par curiosité de placer un ISO de Windows 10 sur la clé : ça fonctionne bien.
    En plus, on peut aussi déposer d’autres fichiers de données sur la clé Ventoy sans aucun souci pour son fonctionnement.
    Merci pour ce Tuto complet et détaillé.

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.